mardi 13 septembre 2022

 

Comment aider un chien à se placer, sans pression




Tout d'abord, je pense que vous savez ce qu'est le contrôle de l'impulsion, et pourquoi c'est important quand on travaille avec un chien, notamment pour des questions de sécurité. Si ce n'est pas le cas, surtout n'hésitez pas à me le préciser, et nous pourrons nous arrêter un peu plus en détail sur cette notion.

Ensuite, comment démarrer l'exercice du bon pied, avec le meilleur placement possible d'entrée de jeu ? Ma petite astuce, c'est de guider le chien en marche avant sur son ciblage. Ainsi, le mouvement est facile, naturel, serein, et c'est ainsi qu'on obtient les meilleurs placements de départ et les meilleurs debout carrés.
Pour ce faire, j'utilise 2 modalités :
- je peux guider le chien en lui faisant suivre ma main. Le suivi de la main est un comportement de fondation très simple à enseigner au chien, et très utile. Dans ce cas, je m'arrange pour le faire passer toujours d'abord sur la cible prévu pour les postérieurs... C'est un peu comme de "garer un camion" en marche avant.
- ou alors, je peux demander au chien d'attendre bien en face des cibles, je vais me placer, puis je lui indique de venir me rejoindre : ainsi, il est dans le bon sens dès le début.
Voici quelques exemples avec mes chiens. Quand je travaille en renforcement musculaire, même avec un chien hyper avancé, je vais toujours l'aider à se placer. "Chercher" les cibles est un travail proprioceptif exigeant, c'est un effort de concentration en soi. Je préfère l'aborder à part, au sein de séances de proprioception spécifiques.



mercredi 16 mars 2022

Ciblage avec un postérieur


Apprendre à cibler avec un seul postérieur est très utile : d'un point de vue proprioceptif, le chien prend conscience qu'il a deux postérieurs et qu'il peut les mouvoir isolément. Et d'un point de vue musculaire, c'est un mouvement de fondation très utile pour cibler des zones plus précises, pour augmenter la charge d'un exercice de gainage ou l'efficacité d'un étirement.

Prérequis : le chien doit déjà savoir reculer sur une grande cible pour y placer ses deux postérieurs. Ce comportement doit être parfaitement acquis et fluide.

Il existe une foultitude de façons différentes d'enseigner le ciblage avec un postérieur. J'aime bien au début utiliser une petite cible, pour que le chien  puisse difficilement y placer ses deux postérieurs. Je l'installe le long d'un mur afin de guider le mouvement du chien dessus le plus précisément possible. Je clique le contact entre le postérieur et la cible, puis je renforce le chien un tout petit peu devant lui de façon à ce qu'il doive descendre le pied de la cible pour manger. Quand il tend son pied en arrière et touche de nouveau la cible, je clique à nouveau, et ainsi de suite. 

Une fois le comportement bien compris et fluide, vous pouvez le nommer, également, pour qu'il soit plus facile à généraliser.

Au fil des progrès, je peux ensuite :

  • varier la position de ma cible, en la décalant du mur
  • varier l'objet que j'utilise comme cible, et pourquoi pas généraliser à votre main pour que le chien "donne son pied"
  • ajouter une plateforme dans l'exercice, en plaçant par exemple un petit cone sur le côté pour donner au chien le signal de lever le postérieur du côté du cone
  • etc, etc, c'est déclinable à l'infini, mais ne variez qu'un seul paramètre à la fois au début pour ne pas embrouiller votre chien.



mardi 15 mars 2022

 Marcher sur des cavaletti de flexion


On parle de cavaletti "de flexion" pour désigner les configurations de cavaletti qui incitent le chien à une importante flexion des membres : concrètement, il s'agit d'installer les barres suffisamment haut pour cela, mais pas trop haut non plus afin que l'exercice reste accessible et agréable pour lui.

Dans un premier temps, nous allons chercher à ce que le chien marche sur les cavaletti. Ca va permettre de faire travailler chaque membre en flexion, d'engager le dos, tout en stimulant les capacités proprioceptives et la concentration du chien.


Installation

La grande difficulté quand on travaille avec des cavaletti, c'est que le dispositif dépend entièrement de l'individu chien qui va l'utiliser. Il est donc impossible, absolument impossible de donner des normes standard de hauteur et d'intervalles pour un exercice de cavaletti. Il faut se lancer "un peu au pif", et adapter ensuite en fonction de ce qu'on observe lors des passages du chien.

Pour le début, vous pouvez tabler sur une hauteur à peu près identique au jarret de votre chien, et des intervalles d'environ la moitié de la longueur de son dos. Vous adapterez ensuite en fonction de ce que vous observez :

  • si le chien enjambe 2 barres d'un coup, elles sont trop proches les unes des autres
  • si au contraire il place 2 pattes entre chaque barre, elles sont trop éloignées
  • s'il a besoin de "tourner" les membres sur le coté (comme un male qui lève la patte), c'est trop haut
  • s'il touche beaucoup les barres dès le début de l'exercice, c'est probablement trop proche et/ou trop haut
  • etc, vous avez compris l'idée je pense  😄

Apprentissage

Sur cet exercice, on va vraiment vouloir que le chien marche, qu'il ne trotte pas, qu'il ne saute pas, qu'il décompose bien chaque enjambée. Pour obtenir cela, je lui apprends à enjamber une seule barre. Au début, le fait de se placer en face du chien, "sur sa trajectoire",  et rester immobile, est généralement suffisant pour obtenir de lui qu'il se déplace avec lenteur. 

Une fois que le chien a bien compris avec une barre, je passe à 3, puis à 5. Je reste sur des nombres impairs de barres pour avoir un nombre égal d'intervalles sur chaque patte, et donc obtenir un travail musculaire équilibré.





Quelques points d'attention :

  • Cet exercice est beaucoup plus fatiguant qu'il n'y parait : d'un point de vue physique, ça correspond à peu près à un travail de montée de genoux pour un être humain. ET ça nécessite beaucoup de concentration en plus. Donc soyez très attentifs à tous signes de fatigue : le chien qui touche les barres de plus en plus, qui ralentit, ou au contraire qui se met à sauter ou à trotter; qui s'excite etc.
  • L'objectif ici est de susciter une flexion des membres, et ce paramètre dépend bien davantage de la condition physique que de la taille. C'est pour vous montrer ça que je vous ai mis aussi une vidéo de Fast : bien que plus grand que Nawak, il travaille sur des barres plus basses. Et pour lui, c'est déjà un effort de flexion important. Adaptez toujours toutes les configurations à ce que vous observez chez votre chien. Ne prenez jamais des cotes, des normes standard, en fitness ça n'existe pas. Votre chien est votre manuel d'instructions.





lundi 14 mars 2022

 Le pivot sur les antérieurs


Le pivot sur les antérieurs est un mouvement de fondation qui va permettre d'engager les muscles abducteurs et adducteurs des postérieurs notamment, et de solliciter le gainage du dos et des hanches. C'est une base incontournable pour construire ensuite des exercice de renforcement et de proprioception plus avancés.


Le principe est simple : le chien fixe ses antérieurs sur une cible, et pivote autour d'eux en utilisant uniquement ses postérieurs. Il est assez facile d'obtenir le mouvement. Placez-vous devant une cible, incitez votre chien à venir face à vous tout en ciblant avec ses antérieurs. Renforcez- le pour garder ses antérieurs sur la cible. Puis faites un pas de coté et observez si votre chien se replace face à vous :  marquez immédiatement le moindre petit déplacement d'un postérieur et renforcez ce comportement. Faites plusieurs pas dans un sens, en renforçant chaque pas du chien. Puis changez de sens et refaites plusieurs pas dans l'autre sens. 


Au fur et à mesure, vous pourrez susciter plusieurs pas avant de marquer et de renforcer le chien. Essayez d'etre précis dans votre timing afin de marquer le mouvement du chien, ce qui l'aidera à comprendre que vous souhaitez qu'il déplace ses postérieurs.



 

Le recul


 Le mouvement de recul est vraiment excellent pour travailler sur la condition physique d'un chien de façon ludique, et c'est aussi un super mouvement d'échauffement. 

Il existe toutes sortes de façons de l'apprendre au chien, et je crois bien que je les ai toutes testées. Je vous donne ma préférée pour le fitness, celle qui d'après moi donne le mouvement le plus intéressant au niveau des hanches et des épaules. Mais n'hésitez pas à me montrer si votre chien l'a appris autrement.

J'utilise comme point de départ le ciblage des postérieurs. Je demande au chien de cibler quelque chose de plat avec ses postérieurs, je clique le ciblage et je renforce juste au bon endroit pour que le chien étende un petit peu ses hanches sans bouger ses postérieurs. Une fois qu'il a attrapé la friandise dans ma main, il va reculer un tout petit peu pour la manger plus confortablement => je clique ce léger transfert de poids vers l'arrière et je renforce de nouveau de façon à susciter une extension etc, etc.

Au fur et à mesure, je vais demander au chien de venir chercher sa friandise de plus en plus loin devant lui  : il va devoir faire un pas hors de la cible... puis reculer d'un pas sur la cible pour etre cliqué de nouveau,... et ainsi de suite.

A la fin du processus, le chien devra faire plusieurs pas en ligne droite pour rejoindre sa cible en vraie marche arrière. Mais ne brusquez pas les choses, c'est ok de passer plusieurs séances sans que le chien quitte la cible, à travailler "juste" sur des transferts de poids. C'est déjà du renforcement musculaire. 



Ensuite, vous pouvez nommer le comportement, ce qui vous permettra à terme de travailler sans cible, où et quand vous le souhaitez.

 Exercices de mobilisation du bassin


Transitions couché sphynx/couché vache


Demandez à votre chien de se coucher devant vous (généralement, dans ce cas, ils se couchent en sphynx). Puis incitez-le (au moyen d'un leurre dirigé vers son flanc, ou de la main-cible) à basculer sur une cuisse pour se retrouver couché en vache d'un côté. Renforcez en position, puis leurrez de nouveau, vers l'avant cette fois, pour l'inciter à revenir en position de sphynx. Renforcez en position. Et leurrez un couché en vache de l'autre côté. Etc.

Je vous conseille de bien renforcer en position chaque position, de façon à récompenser le chien pour son effort et à lui montrer très clairement le "scénario" de l'exercice.

Voici une vidéo montrant Fast, qui a besoin de se relever avant chaque sphynx car il manque de souplesse pour se réaligner : puis Metis, un peu plus souple qui travaille avec un leurre ; et enfin Nawak qui travaille à la main-cible.





Bascule du bassin

La position de départ est le couché en sphynx. Vous pouvez tout à fait travailler au sol, ou sur une plateforme comme je le fais dans les vidéos, à votre choix.
Incitez votre chien à s'étendre vers l'avant en conservant les tarses en contact avec le sol ou la plateforme. Vous pouvez utiliser la main-cible ou leurrer. Prenez garde à doser votre geste pour éviter que le chien ne décolle ses tarses (ses chevilles, quoi) : en effet, plus il maintiendra ses postérieurs en arrière, plus il étirera ses muscles lombaires, et plus efficace ce sera pour faire basculer le bassin vers l'avant.







Les étirements de routine



Un étirement musculaire, c'est le fait qu'un muscle s'assouplisse temporairement au maximum, jusqu'à permettre une mobilité articulaire maximale, en flexion ou en extension.

On peut pratiquer les étirements à différents moments :

  • après un effort physique, une séance de sport ou une balade intense, une séance rapide d'étirements permet de décontracter les muscles fortement sollicités
  • lors de séances spécifiques, un travail d'étirements plus longs permet de gagner de la souplesse (... ou au moins de ne pas en perdre).

Précautions à prendre pour les étirements
  • On n'étire pas un chien à froid : pas besoin de faire un "gros" échauffement compliqué, mais au moins qu'il ait été éveillé et actif les 10 minutes précédant la séance d'étirements. En clair, c'est ok d'étirer un chien qui vous suit tranquillement dans la maison depuis 10 minutes. Ce n'est pas ok d'étirer un chien qui vient de sortir de son panier (du moins, pas plus qu'il ne le fait déjà tout seul 😀)
  • Mais on n'étire pas non plus un chien très chaud : quand les muscles sont chauds, ils perdent en sensibilité et vous pourriez aller trop loin dans l'étirement sans que le chien le sente. En clair : après un entrainement d'agility, attendez que le chien soit un peu redescendu pour faire les étirements. N'étirez pas un chien tout fumant et haletant en sortie de parcours. 
  • Quelle que soit la façon dont vous travaillez, leurre, main-cible, lickimat... soyez très attentifs aux signaux qu'envoie votre chien, ne forcez pas un étirement, ne tenez/tirez pas le corps du chien avec vos mains, n'insistez pas si le chien souhaite arreter, ne dépassez pas sa limite de souplesse.

 Je ne suis pas formée pour les massages ou les manipulations : par conséquent, je suscite les mouvements d'étirements, j'apprends à mes chiens à s'étirer eux-mêmes (c'est ce qu'on appelle les étirements actifs). Je ne réalise aucun étirement passif.


Six mouvements d'étirements de base


1/ Etirement de la chaine ventrale

Celui-ci n'est pas facile à obtenir, le plus simple consiste à demander au chien de se mettre complètement debout, en appui sur votre corps, sur un mur ou sur un arbre, et le nourrir en hauteur. Attention, ne maintenez pas la position plus de quelques secondes, les chiens ne sont pas faits pour rester à la verticale longtemps.



2/ Etirement des épaules et des ischio-jambiers : le "salut"

Pour l'apprendre à votre chien, demandez-lui de placer ses postérieurs ou ses antérieurs sur une cible plate. Selon les chiens, vous aurez davantage de facilité avec l'une ou l'autre option, je vous conseille d'essayer les deux.
Puis incitez-le à déplacer sa tete vers l'arrière et vers le bas, en le nourrissant, ou à l'aide de la main-cible. 
Vous verrez dans la vidéo de Metis que je progresse par étapes, je ne lui demande pas d'aller très bas ni de tenir très longtemps d'emblée. Progressez au rythme de votre chien, c'est ok de passer 10 séances juste à lui faire descendre à peine les coudes.
C'est ok aussi si les coudes ne touchent jamais. C'est le cas de Nawak par exemple. Notre objectif est d'obtenir un étirement efficace, pas de faire toucher les coudes.

Une fois que le chien a compris le mouvement, vous pouvez le nommer, et en général il est assez facile à obtenir sans cible. Et le tour est joué pour l'utiliser après vos séances de sport.



3, 4,5 et 6/ Etirement de la colonne vertébrale en latéroflexion à gauche, latéroflexion à droite, extension et flexion

Là aussi, c'est assez simple : incitez votre chien à fléchir sa colonne vertébrale de chaque coté, vers le haut, et vers le bas. Pratiquez toujours la flexion (le "dos rond") en dernier étirement de séance. Ca décomprime les vertèbres et ça fait vraiment du bien. 

Vous pouvez utiliser le leurre ou la main-cible. Dans les vidéos, j'utilise un licki mat pour Fast et la main-cible pour Nawak.

Je pose mon autre main sur la cuisse lors des latéroflexions juste pour donner l'information de rester sur place et de ne pas faire un spin.

Je pose mon autre main sous la poitrine lors des flexions juste pour donner l'information de ne pas se coucher.

Je pose mon autre main sous le ventre lors des extensions, juste pour donner l'information de ne pas reculer.

Mais en aucun cas je ne tiens les chiens avec la main. Elle est posée sur eux sans pression et vous verrez que lorsqu'ils bougent, je les laisse bouger. C'est le signe qu'ils atteignent leur limite sur l'étirement. J'ai mis exprès la vidéo de Fast pour que vous puissiez voir combien c'est important. Il est agé et vraiment très raide : vous verrez qu'au moindre mouvement des pieds, à la moindre hésitation de sa part, j'arrete immédiatement l'étirement. Restez entièrement à l'écoute de vos chiens sur ces mouvements, surtout si vous travaillez au leurre.





Voilà. Avec ces 6 mouvements de base : debout, salut, étirement de la colonne dans les 4 directions, vous avez une petite routine d'étirement rapide et sans matériel qui vous servira après le sport. En général, je demande chaque mouvement 3 fois sur des durées de 3 à 5 secondes.

Vous pouvez aussi les pratiquer au calme chez vous, sur des durées plus longues. Dans ce cas, ne dépassez pas 10 secondes de durée sur un étirement. Vous pouvez faire des séries de 3*10 secondes par exemple.