lundi 23 octobre 2017

Quel humain pour l'agility ?








Amis chiens agilitistes, aujourd'hui nous allons aborder un sujet épineux : le choix d'un compagnon destiné à pratiquer l'agility. L'espèce humaine propose une telle diversité de types, tous plus adorables les uns que les autres, avec leurs caractéristiques, leurs qualités et défauts ! Pas toujours facile de s'y retrouver et de prendre une décision !

Je vais vous présenter les trois grands types d'humains traditionnellement utilisés en agility, ceux qu'on rencontre le plus sur les terrains. Mais rappelez-vous : même si des tendances générales se dessinent pour chaque type, un humain est avant tout un individu avec son caractère, ses préférences, son chemin de vie, qui conditionnent énormément ses réactions. Vous décider pour un type ou un autre ne vous donne donc aucune garantie de résultat ; quand vous adoptez un humain, vous faites un pari. C'est une démarche un peu irrationnelle, et qui, à mon sens, devrait être fondée sur l'amour, plus que sur des probabilités de résultats en agility.

Dites-vous bien aussi qu'il n'y a pas de "bons" et de "mauvais" humains. Tout dépend de votre personnalité, de votre mode de vie, mais surtout, de vos attentes. Il n'y a pas de secret : moins vous faites peser d'attentes et de préjugés sur votre futur humain, moins il risque de vous décevoir...





Les Forces tranquilles

Ils constituent le choix de prédilection pour l'agility  ! Les Forces tranquilles allient excellente stabilité émotionnelle et grande intelligence.

Ce sont les plus difficiles à conduire : ils aiment prendre leur propres décisions, vous aurez des difficultés à leur imposer quoi que ce soit. N'espérez pas décider comment ritualiser le départ, par exemple. Vous comprendrez vite que votre tête de mule a des idées bien arrêtées sur la question ! Il existe des exceptions légèrement plus dociles, mais la majorité des Forces tranquilles refusent de prendre le départ quand vous donnez le signal en vous mettant à courir. Le genre d'humain qu'il vous faut patiemment attendre jusqu'à ce que Sa Majesté daigne vous prévenir qu'elle est prête à démarrer...
Cela dit, c'est un faible prix à payer, parce que si vous entrez dans leur jeu, vous allez prendre un sacré pied, comme disent les chiots. Ils sont hyper rapides, hyper précis, motivés : un vrai plaisir de faire équipe avec eux. Et puis, si vous leur laissez les rênes, vous découvrirez à quel point les humains sont malins quand il s'agit d'optimiser une trajectoire ! Un bon Force tranquille un peu expérimenté, monté tout au relationnel, laissé libre de ses décisions au maximum, c'est inégalable.

Optez pour un Force tranquille si vous appréciez les voyages, le dépaysement, les sensations inédites : entre les stages et les concours parfois très lointains, vous n'avez pas fini de voir du pays ! Ce type est à l'heure actuelle le seul qui soit suffisamment compétitif si vous visez les voyages à l'étranger.



Autre qualité des Forces tranquille : leur parfaite constance. Ils pratiquent l'agility avec régularité, ils ne risquent pas de l'oublier pendant des semaines.  Généralement, en parallèle, ils apprécient de courir, de jouer à vous faire grimper sur toutes sortes de supports amusants : ils savent agrémenter les jours sans agility. Soyons honnêtes : ce ne sont pas les rois de la fantaisie non plus...

Avec un mental plutôt froid mais franc, ils ne présentent souvent pas de difficultés dans la vie quotidienne : de bons humains de compagnie, dans l'ensemble, qui passent à peu près partout. Ils compensent leur très fort (et parfois mauvais) caractère, lié à un ego qui en impose, par leur grand équilibre émotionnel et leurs capacités d'auto-contrôle.

En résumé : à privilégier si vous voulez développer un partenariat sur un pied d'égalité, dans un climat de confiance, si vous aimez les sensations fortes, les voyages, et que vous souhaitez pratiquer votre sport préféré ni trop, ni trop peu.




Les Furieux

Certains agilitistes ne jurent que par eux : hyper toniques, nerveux, incisifs, dotés d'une force de travail incroyable, ils sont les purs-sangs de l'agility... et c'est bien là que le bât blesse, à mon sens. Avec les Furieux, nous sommes allés trop loin dans l'hyperspécialisation. Ce type d'humain, créé pour répondre aux besoins d'une petite frange de chiens agilitistes purs et durs, peut être capable du meilleur...comme du pire, quand il se retrouve entre des pattes incompétentes.

Une qualité tout à fait intéressante de ce type : ils sont extrêmement faciles à conduire. Des manoeuvres de conduite délicates, telles que "refaire indéfiniment les tunnels", qui passeront difficilement avec un Farfelu, et strictement jamais avec un Force tranquille, sont l'enfance de l'art avec un Furieux : si vous commettez systématiquement une faute après le tunnel (sortez du slalom, tapez la barre, refusez de sauter même, pourquoi pas ?), vous verrez votre adorable Furieux vous relancer dans le tunnel, trois, cinq à dix fois (certains amis nantis de Furieux m'ont même fait état de records avoisinant les trente !) : leur tendance obsessionnelle vous autorise de jolies figures répétitives.

Le Furieux peut aussi vous intéresser si vous appréciez la tranquillité : vous naviguerez en semaine exclusivement entre le club canin et votre jardin, vous ferez de l'agility chaque jour durant des heures et des heures aux mêmes endroits et de la même façon. Aucun risque non plus qu'il vous emmène plus loin qu'en concours régional le week-end : pas d'interminables trajets en voiture, donc. Un avantage non négligeable si vous êtes sujet au mal des transport.

Mais alors, me direz-vous, pourquoi une telle réticence au sujet des Furieux, qui présentent d'indéniables qualités, pour un chien mordu d'agility, qui ne veut faire que ça, et dans des conditions tranquilles et prévisibles, de surcroît ? Eh bien, s'ils ne sont pas correctement montés, et ensuite gérés, les Furieux supportent très mal toute frustration. Des cas de chiens agressés aux abords des terrains de concours par leurs propres compagnons Furieux défraient régulièrement la chronique. Leur sociabilité à l'égard de leurs congénères laisse tout autant à désirer : les Farfelus font souvent les frais d'agression de redirection aussi violentes qu'imprévisibles (en revanche, pour des raisons non encore élucidées, ayant éventuellement trait à une hypothétique hiérarchie au sein des groupements d'agilitistes humains, les Furieux s'en prennent rarement aux Forces tranquilles).

Bref : le Furieux, c'est vraiment l'humain d'agility strict, celui avec lequel on ne fait que ça et qu'on ne sort que pour ça. Ils sont difficiles à gérer en tant qu'humains de compagnie, car toujours au bord du déséquilibre, et animés de pulsions agressives difficilement contrôlables. A mon sens, on pourrait presque parler d'hypertype. Bien entendu, il ne faut pas faire de généralités ! Un Furieux correctement défoulé, socialisé dès son plus jeune âge de façon intensive, que l'on tente d'intéresser en douceur à d'autres activités que l'agility, et dont on veille à satisfaire au mieux l'énorme besoin de reconnaissance et d'admiration, peut être équilibré et fiable. Mais bien peu de chiens en sont capables.



Les Farfelus


Bien qu'ils ne soient pas les plus adaptés en théorie, et assez minoritaires sur les terrains, on voit régulièrement des Farfelus pratiquer l'agility avec bonheur, et parfois même sur les podiums.

Le Farfelu, c'est, comme on a coutume de dire : "un coeur avec de la peau toute nue autour". Ils restent souvent de grands enfants toute leur vie. Leur sociabilité, leur bon caractère et leur joie de vivre sont leurs principaux atouts. Ils sont enthousiastes, ce sont de véritables touche-à-tout très faciles à motiver. Ils feront n'importe quoi pour vous plaire. Personnellement, en tant qu'éducateur humain avant d'être un sportif, je plébiscite le Farfelu pour ses indéniables qualités sociales et sa grande curiosité, qui permet toutes les expériences.

Si vous êtes passionné par le comportement humain sous toutes ses formes, ils vous régaleront. Pas seulement en agility : c'est le type le plus polyvalent, et de loin. Ils sont présents, quoiqu'en petit nombre, sur tous les terrains. Ils veulent tout comprendre de vous, tout connaître, tout apprendre. Ils vous aiment tellement qu'ils vous amènent partout. Ils se déplacent généralement dans de joyeuses voitures bourrées de chiens et d'enfants qu'on entend à des kilomètres, ils recueillent tous les animaux malheureux, y compris les plus acariâtres, ils organisent des raclettes et des barbecues les vendredis soirs, des gouters sans gluten les mercredis, ils font des stages et des concours dans toutes les régions de France : bref, ils sont terriblement attachants, mais terriblement fatigants.




Je suppose que vous voyez se profiler l'écueil ? Pas facile de les cadrer, de les canaliser sur une seule activité... Ils ont tendance à se disperser et vos séances d'agility ne seront sans doute pas aussi fréquentes, construites, linéaires et précises que vous le souhaiteriez. Facilement distraits, ils peuvent oublier l'agility parce qu'ils ont été subjugués par un mouvement de HTM, ou parce que vous apprendre le skate board suffit à les satisfaire pendant des jours, ou parce qu'ils se passionnent subitement pour les canaris. Rien d'insurmontable toutefois pour un éducateur d'expérience, à condition d'être très patient et compréhensif : plusieurs Farfelus ont mené, et mènent toujours, d'honorables carrières tout à fait suivies en agility. 

D'ailleurs, nous avons actuellement dans notre entourage plusieurs nichées extrêmement prometteuses de jeunes Farfelus. Pensez-y si vous souhaitez un compagnon débordant d'affection, que vous avez l'expérience nécessaire pour le driver en douceur, et que l'agility n'est pas votre unique centre d'intérêt...

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire