mercredi 20 septembre 2017

SL1 : check !

Bon, désolée de la qualité pourrie, mais il faisait à moitié nuit et on n'avait qu'un vieux téléphone ! Ce qui compte, c'est le souvenir !


Alors déjà, histoire de situer un peu, je pense que cette journée doit rentrer dans le top 50 des pires de ma vie. Pas pour un vrai truc vraiment grave, juste pour une avalanche de petites merdes qui m'ont mis le moral dans les godasses dès le matin.

A la base, on était censés passer la journée ensemble avec le  Guiz. Il ne partait bosser qu'à 22 heures, et moi je ne travaillais pas (pas à l'extérieur, s'entend). Ca tombait bien, parce qu'on était fatigués, lassés de tout, et qu'on avait envie d'être ensemble et de rien d'autre. Et là, paf : à 9 h 53, un texto maudit nous apprend qu'il doit partir à son travail TOUTSUITE. Grosse déprime.

Il sort cueillir une pêche histoire d'avoir quand même un truc dans le ventre. Le jardin sentait bon la terre humide. Il repère un fruit bien juteux au-dessus de sa tête, tend la main pour s'en saisir... Et là, paf : il s'est pris la pêche en pleine poire. Elle s'est détachée et lui est tombée droit sur l'orbite, lui éclatant le globe oculaire pour le compte. Grosse panique.

Ensuite, je me suis rendue compte que ma petite lapine Onyx, de plus en plus handicapée par son cancer, commençait à être rejetée par un des autres lapins, Paï Paï. Onyx est dotée d'une incroyable force vitale, mais ça m'est épouvantablement difficile de voir ses facultés décliner au fil du temps et des progrès de la maladie. Elle ne peut plus mâcher que d'un côté, ça la fatigue de plus en plus de manger, bien qu'elle soit toujours aussi gourmande. Et puis, il y a ces moments comme d'absence, auxquels j'assiste avec une telle impuissance... C'était très important à mes yeux, cette idée que les compagnons d'Onyx la soutenait et qu'elle passait de bons moments avec eux. Quand je me suis aperçue que Paï Paï, avec qui elle vit depuis presque six ans, la chassait avec agressivité dès qu'il la voyait, je me suis demandé comment j'allais faire pour supporter. Ca n'a duré qu'une seconde, hein, ensuite je me suis mise à chercher comment arranger concrètement la situation au mieux pour les lapins. Mais il y a eu cette seconde de désespoir où je me suis dit : tu n'es pas capable de gérer ça. Ce qui arrive à Onyx, tu n'as pas les épaules pour y faire face.

Alors, quand Guillaume est rentré, j'avais le moral de plus en plus en berne et le physique de moins en moins efficace. Comme on avait fixé un plan de progression très précis,  qu'on avait fait plein de sorties de fractionné préparatoires, et que ce soir était un grand soir, la première Sortie Longue à 5 :), j'ai réussi à faire un effort. Et bien m'en a pris !!!

Nous avons réussi, les amis !!! Première SL à cinq (pour les curieux et ceux qui voudraient se lancer : 10 séries de 3 min course/3 min marche ; ne courez pas une heure d'affilée dans vos longues au début, vous allez vous dégouter !) et Guillaume a enquillé sans aucun problème et avec une grande facilité  : nous avons parlé, parlé, parlé pendant toute la sortie (pour les pas coureurs : c'est signe qu'il ne souffrait pas niveau cardio, d'où ma satisfaction. Après, je suis contente aussi qu'il soit bavard et rigolo, hein ! Mais c'est en plus). Je suis hyper contente ! On a toujours des tas de tristesse dans nos vies, ça ne disparaîtra pas, mais on a aussi ces moments de joie, de fierté, de partage avec nos petits chiens, qui nous appartiennent et que rien ne peut nous prendre.

Donc SL du 20 septembre : check ! Vivement la suite !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire