jeudi 6 avril 2017

Mes squatteurs préférés !



Aujourd'hui, c'était mission vétérinaire pour Kinaï, Koda, et Iorek. Les squatteurs et moi avons donc quitté courageusement, et sans nous retourner, nos riants marécages où batifolent des petits chiens heureux et cinglés, pour rouler trente kilomètres vers la grand'ville et son enfer de trottoirs, de platanes crevards et de gens qui font la gueule.



Grisés par le parfum de l'aventure et des gaz d'échappement, nous avons osé une folie : tenter de nous garer sur le parking "clientèle" de la clinique vétérinaire. Normalement, je ne fais jamais ça quand je suis la seule humaine du véhicule : les parkings de cliniques urbaines comptent statistiquement vingt sept places de stationnement pour huit mètres carrés, seuls les virtuoses comme mon mari (Pilote-Sorcier de niveau 44) parviennent à tirer leur épingle du mouchoir de poche.




Malheureusement, nous avons appris à nos dépens que nous n'étions pas encore des as de la manoeuvre. Après bien des péripéties impliquant entre autres un Scottish terrier, une VRP, un employé de mairie, une Renault Kadjar et une menace accrue de retard, nous nous sommes retrouvés on ne sait trop comment et bien malgré nous...garés à contresens sur l'une des avenues les plus fréquentées de Lyon.



Cela dit, nous avons retrouvé notre vétérinaire bien-aimé. Celui qui sait dans quel sens on attrape une gerbille, celui qui dit "et donc il y a quoi comme  ingrédients dans leur mélange maison ?... des grillons, c'est parfait, ça" et aussi "leurs glandes ventrales sont très jolies, ne vous inquiétez pas". Celui qui connaît les lapins de votre meilleure copine par leurs noms. Celui qui va passer des coups de fil pour vous donner un coup de main avec cette perruche à la SPA, parce que tout de même, cette histoire le tracasse.




Y a des vétos comme ça, on sait qu'on les gardera dans son coeur. Comme celle qui s'est battue avec nous pour sauver Théo, qui nous a offert toute son humanité dans une bagarre perdue d'avance, qui travaille désormais à Lille ; ou celui qui a sacrifié la patte d'Akuma pour le garder en vie, et nous a permis cinq ans de bonheur quotidien avec notre petit bonhomme, avant de s'en aller pour Nantes puis pour Marseille.



Merci à vous tous d'avoir choisi les pas-chiens-ni-chats, d'avoir choisi les bizarres, les qui-sont-pas-enseignés-à-l'école, les qui-coûtent-pas-chers, les qui-vivent-pas-longtemps-alors-à-quoi-bon, les qui-font-peur, les pas-pris-au-sérieux.



Merci d'avoir connu les noms de mes rats, d'avoir demandé comment se portaient mes chinchillas, d'avoir pris en charge mes lapins et mes furets avec le même sérieux et en m'offrant les mêmes options de traitement que s'ils s'étaient agi de nimos plus classiques.



Merci de n'avoir pas insulté mes sentiments et dédaigné mes valeurs  :)



Les trois squatteurs se portent comme des charmes : ils sont en pleine forme, jeunes a priori (entre 9 mois et un an). Ils ont reçu de nombreux éloges et ont été grandement félicités pour leur conduite exemplaire ! De vrais petits anges très familiers, très tolérants à la manipulation : en bref, des amours de gerbilles qui pourraient faire le bonheur même de débutants !



N'hésitez pas à parler de Koda, Kinaï et Iorek Byrnison l'Ours-en-Armure autour de vous ! Pour savoir comment les adopter, rendez-vous sur le site du Bazar des NAC.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire